72 piges

Ce texte est dédié à tous ceux qui, demain, vont me souhaiter un « bon » anniversaire…

Je ne l’ignore pas : j’ai septante-deux ans !

Je dis soixante-douze, cela fait moins pesant…

J’aime cette façon un peu hexagonale

De couper en deux parts la forme numérale

Parce que cela permet de pouvoir renoncer

Au septuagénat ! Je peux donc annoncer

Sans ambages, à tous, ma sexadécadanse !

Ca recule de dix bons ans ma décadence,

Me conserve le dash, la forme et le moral

D’un gandin somptueux, quasiment sidéral,

Insensible surtout à ce ton funéraire

Que celui qui me dit « Un bon anniversaire »

Utilise souvent pour me le souhaiter…

Je le sais que, des ans, j’en ai par brouettées !

Et qu’à force toujours de me chercher des rimes,

J’en viendrai bien un jour à dire… cacochyme !

Mais, tous, rassurez-vous, c’est pas pour aujourd’hui !

Je ne suis pas encore amorti, décati !

Je me suis même offert ma nouvelle guibolle,

Laquelle me permet encore faribolles !

Je retwiste à nouveau, je valse et le tango,

Je le pratique aussi à tire-larigot,

En bref, j’ai retrouvé mes cuisses de grenouille

Et je chasse à nouveau ! La preuve ? Ces deux… douilles,

Ramenées hier d’un périple en forêt !

Et j’emmerde tous ceux-là qui en douteraient !

Vous avez, je le dis, pourtant bien du mérite :

Je reçois des cadeaux, pralines, marguerites

Et aussi, tous les ans, malgré tous mes rappels,

En encensant Dodane, on rappelle à Daniel

Qu’il a un an de plus ! Comme je vous adore !

Même sur Fesses Bouc, c’est comme un sémaphore :

A chaque heure qui passe, venant de mes amis,

Leurs souhaits attendris forment un tsunami

Destiné, j’en suis sûr, à me flanquer la pêche !

Des messages très courts, de véritables prêches,

Chacun, évidemment, fait selon ses moyens

Mais tous ont à cœur de rappeler au doyen

Qu’il a un an de plus ! Allez, je vous embrasse.

Et j’accepte vos vœux, disons, de bonne grâce

Parce que très bientôt, je pourrai, à mon tour,

Guetter tranquillement et puis, comme un vautour,

Me ruer enfin sur le prochain jubilaire

Pour clamer à mon tour « Joyeux anniversaire ! ».

Dodane

© Ce texte, comme l’entièreté de site, est protégé par le droit d’auteurs.
Tous droits réservés par la loi
filigrane filigrane