Allo maman ? Ici Bébé !

FB
Quelle journée ! Un vrai marathon.

Lever, sept heures. La course pour être prêts à temps, comme d’habitude. Le biberon avalé en deux minutes. Pas le choix ; on est à la bourre.

Huit heures : arrivée devant la crèche. Je me dis chaque fois qu’ils devraient faire comme à la gare : des dépose-minute ! Ou comme quand on va acheter des hamburgers : mettre une borne à l’entrée du parking où papa crierait qu’on arrive, et vingt mètres plus loin, une fenêtre qui s’ouvre avec une puéricultrice qui, hop, me prend. Cinq minutes de gagnées dans l’horaire, ça ne serait pas négligeable !

En tout cas, à la crèche, c’est l’horreur. On n’a vraiment rien à faire. On s’ennuie ferme. On est trente à brailler comme des diables. Il y a bien les puéricultrices qui courent dans tous les sens pour satisfaire nos besoins primaires et qui nous parlent comme si on était des débiles ; mais à part cela, rien ! Elles nous ont mis des tonnes de jouets très colorés par terre ou qui tournent au-dessus de nos têtes avec une petite musique stupide. Si elles croient que cela nous occupe ! Non, il nous faut plus et mieux !

Alors heureusement qu’après dix-sept heures, on rentre à la maison, et maintenant on a un truc génial : la télé pour bébés. Il était temps qu’on nous prenne enfin au sérieux ! Ce n’est pas parce que j’ai six mois que je ne comprends rien ! Au contraire, je comprends peut-être plus de choses que maman et papa, qui ont l’air de tout compliquer. Moi, je vois tout avec un œil neuf. À la télé-bébé, j’adore ces images qui défilent à toute vitesse. Maintenant, on a même deux chaînes rien que pour nous ! Je ne comprends pas comment on a pu nous en priver aussi longtemps. Le droit à la télé, c’est un droit de l’Homme, non ? Même en prison, on ne peut pas en priver les gens complètement. Alors pourquoi nous ?

J’ai tenté de fédérer les p’tits gars à la crèche. Il faut qu’on s’unisse pour revendiquer le droit à la télé là-bas aussi. Il n’y a pas de raison de nous refuser durant la journée cet outil d’éducation ! Maman, elle peut aller sur internet à son bureau ; alors pourquoi on n’aurait pas droit à la télé à la crèche ?

Donc, à partir de dix-sept heures dix, tous les jours, c’est le pied. Maman m’installe devant la télé et elle a la paix pour préparer le repas à l’aise, surveiller les devoirs de ma grande sœur ou téléphoner à ses copines. Et moi, je plane ! Il n’y a qu’à voir mes yeux qui sautillent en permanence, signe de mon intense activité cérébrale à ce moment-là. Je suis scotché, captivé, envoûté.

Ce que j’aime moins, par contre, c’est quand après le bain, il faut endurer la télé des grands. Maman la regarde souvent en me donnant le dernier biberon. C’est impensable ce qu’ils peuvent débiter comme sottises. Je ne comprends pas pourquoi ils ne se sont pas inspirés de la télé des petits pour celle des grands ! Il n’y avait qu’à faire pareil ; au moins ça aurait été intéressant. Mais non, ils croient que, pour les plus vieux, il faut faire compliqué…

L’autre jour, justement, pendant mon biberon, c’était un débat sur la « BabyTiivii » (c’est comme cela qu’il faut dire, paraît-il, parce que ça vient des States). Mais qu’est-ce qu’ils peuvent débiter comme bêtises, les adultes ! Il y avait un type dégarni, avec un titre ronflant et un air très sérieux, un psy quelque chose, qui prétendait que ça nous abrutissait ! Soi-disant il y aurait des messages publicitaires cachés, qui impliquent que, plus tard, on tannera nos parents pour qu’ils achètent ces produits-là. Soi-disant aussi, cela provoquerait plein de choses désagréables pour nous : on dormirait moins bien après parce qu’on serait trop nerveux, on ne se concentrerait plus aussi bien… Tout ça, c’était dit avec des mots bien plus compliqués, mais j’ai bien compris que le grand chauve, il ne voulait pas qu’on la regarde.

Franchement, de quoi il se mêle ! Il n’a rien compris. Il n’y a pas de messages cachés. Il n’y a que des choses qui apprennent à notre cerveau à mieux fonctionner, plus vite, plus tôt. C’est important ça, parce qu’à notre époque, la seule chose qui compte, c’est quand même d’être le plus performant et le plus tôt possible. Le grand dégarni, il ne va quand même pas me convaincre du contraire. « Ils ont droit à l’enfance, à l’innocence », qu’il a dit ! Alors ça, c’est vraiment du grand n’importe quoi ! Mais à quoi ça nous sert, l’innocence ? À rien ! C’est pas avec ça qu’on apprendra à calculer pour savoir le plus vite possible de combien nos actions en bourse ont baissé ou combien d’impôts on va payer, à devenir des consommateurs, donc des citoyens du monde (waow, j’adore ce mot !), à jouer à des jeux vidéo géniaux où on casse la figure à tout plein de gens, à acheter une carabine pour aller à l’école, à conduire une super bagnole même si on polluera encore un peu plus, mais c’est pas grave, comme on sera devenus plus intelligents, nous, on aura trouvé plus vite les solutions pour sauver la planète. Parce qu’aujourd’hui, le plus important, c’est d’être le plus intelligent ; comme ça on peut devenir le plus riche. C’est simple ! Alors moi je vous le dis, c’était la dame d’en face qui avait raison : la télé dès trois mois, ça favorise notre éveil, notre activité, notre interaction ! C’est un outil « ludo-éducatif », comme elle disait !

Ouh là, je parle, je parle. En attendant, je crois que mon lange est tout mouillé. Ce n’est vraiment pas agréable. Il faudrait que maman me change. Un petit pleur pour l’appeler… Visiblement, ça ne marche pas. Essayons un peu plus fort… Pas plus de résultat. Bon, je n’ai pas le choix, je hurle… Mais qu’est-ce qu’elle fait, maman ? Où elle est ? Pourquoi elle ne vient pas ? Ah ben oui… elle ne m’entend pas avec la télé qui va à fond… Mais je ne peux pas rester comme ça, moi ! À l’aide ! À l’aide ! Dommage qu’on n’en soit pas encore à l’émission où ils nous apprendront à nous servir d’un téléphone portable. D’après les bandes-annonces, c’est pour la semaine prochaine. Parce qu’après, au moins, je pourrai lui envoyer un texto à maman : « Allô maman ? Éteins la télé : ici Bébé ! ».

 

Jehanne Sosson

 

© Ce texte, comme l’entièreté de site, est protégé par le droit d’auteurs. Tous droits réservés par la loi.

filigrane filigrane

Laisser un commentaire