Attentat, t’as tout faux, tartuffe !

Toi, terroriste ! Oui toi, je te tutoie, toi qui te tais, toi qui te tues ! Toi, terroriste, attaquant ton État hôte au nom de ton autre Etat.  Toi, taré têtu qui t’entêtes à tuer sans état d’âme, es-tu atteint de cécité, suscitant tant d’atrocités ? T’a-t-on ôté tout intellect et tout affect ? Toi, l’addict de ce que te dicte le Hadith ou plutôt de tout ce qu’on t’a dit être le Hadith, toi fantasque fantassin fanatique d’une Fatwa factice mais fatidique, qu’est-ce qui trotte dans ta tête d’adorateur de totem à l’instant de triturer ton détonateur à Zaventem ?

T’appliques la tactique du sac qui fait tictac pour ton attaque ? Dans cet État, l’attentat qu’on intente, c’est l’entartage. Ça t’étonne ?

Dans cet État, on se délecte des mitraillettes, avec frites et tartare. Ta mitraillette à toi nous débecte, tout s’effrite, c’est trop tard.

Qu’est-ce que t’attends ? Qu’est-ce qui t’excite? L’atteinte à tant d’habitants de ton état, de mon état, hébétés, titubant à tâtons dans l’obscurité totale et sortant meurtris du métro ? Les martyrs, ce sont eux, pas toi, terroriste !

Constate l’attitude de tous ceux qui restent, de tous ceux qui résistent, tantôt auteurs, tantôt artistes, tantôt citoyens tristes … Toutes ces étreintes empreintes d’inquiétude, tous ces tweets teintés de certitudes, toutes ces initiatives et tant de solidarité. Constate, terroriste, que l’absurdité des attentats ne porte pas atteinte à l’omnipotente fraternité, certes latente, de cet état.

T’entends, terroriste ? Tu peux contacter ton potentat et tes potes atteints pour attirer toute leur attention sur la totale inutilité et la nullité totale de toute autre tentative d’entrave à notre liberté.

 

Cédric Lefebvre

© Ce texte, comme l’entièreté de site, est protégé par le droit d’auteurs.
Tous droits réservés par la loi
filigrane filigrane