A la recherche de l’inutile

Dans ma vie d’archiviste des souvenirs éteints, il m’a été donné, il y a bien longtemps, de me pencher sur un fatras de bouts de papiers, enfouis, à cinq mètres de profondeur environ, dans une tombe mérovingienne. Des fouilles avaient eu lieu en 1983, soit il y a déjà mille ans d’ici, dans la Ville de Tournai, et le Ministère du Superflu, mon employeur, m’avait délégué sur place pour vérifier si ces tombes avaient réellement existé.

Continuer à lire

filigrane filigrane