Le pique-nique

                                                                                                              C’est le printemps viens-t’en Pâquette

                                                                                                               Te promener au bois joli

                                                                                                                                  Guillaume APOLLINAIRE

« Oh comme le pré est joli !

Viens-t’en, viens-t’en, ô ma Biquette,

Gambader sur l’herbe fleurie :

Allons-y faire la cueillette ! »

 

Continuer à lire

filigrane filigrane

Miranda

Qu’est-ce que je foutais là ?  Seul sur une barque, en pleine mer, alors que je n’aime pas la mer – je veux dire : pas de si près.  J’avais dû m’endormir ; il faisait si chaud…  Quelques instants plus tôt, on se baladait au port, tous les deux : elle, en robe orange à volants, perchée sur ses hauts talons rouges ; moi, en polo blanc et bermuda beige, portant mes chaussures en toile.  Il y avait cette barque au bord du quai, bercée par le roulis, en plein soleil.  Une barque rayée bleu et vert : les couleurs qui m’apaisent.

Continuer à lire

filigrane filigrane

Sel de ménage

Clock

Une cuisine.

LUI : Salamis, salsifis, ça suffit !  Tu plastronnes, tu patronnes, tu me questionnes, mais tu me les gonfles !

ELLE : Tu t’innerves, tu t’innerves, mais t’es pas sûr de tes godasses, t’es pas sûr de tes genoux, t’es pas sûr de…

LUI : C’est ça, vas-y, continue, remonte jusqu’au nœud de l’affaire !

ELLE : Nœud de l’affaire, affaire de noix, ma mère l’avait toujours dit, toujours prédit, toujours sous-entendi !

Continuer à lire

filigrane filigrane

La clairière aux coquelicots

Clock

« L’arbre cache la forêt », pensa Sébastien devant l’énorme chêne. Le jeune homme se dit qu’il devait avoir une poutre dans l’œil. Ce qui n’était guère mieux que de la poudre aux yeux. Il contourna le tronc et, à la lisière des massifs de feuillages qui habillaient le ciel de velours, découvrit un panneau : « Forêt impénétrable ; ne pas s’aventurer, au risque de périr assommé par une branche, étripé par les ronces, dévoré par les fourmis rouges. » Sébastien se dit qu’il n’avait guère le choix. Si Anne l’attendait dans la clairière aux coquelicots pour partager les galettes de mère-grand, et si elle ne voyait rien venir, elle finirait par s’en aller.

Continuer à lire

filigrane filigrane