Comment avoir sa statue…

Comment avoir sa statue posthume sur la place Joachim XIII

Le Grand-Duc Héritier Siméon poussa un imperceptible soupir de soulagement en repérant Koltchak perdu au milieu des badauds massés sur le quai. L’anarchiste portait son regard vide en direction du train spécial qui entrait en gare, sa main droite profondément enfoncée dans la poche de son blouson taché. Mais seuls le Grand-Duc et lui-même savaient qu’elle se crispait sur le manche d’un long poignard effilé.

Continuer à lire

filigrane filigrane

Le piège

Clock

Pendant plus de dix ans, je fus l’un des plus fidèles habitués des soirées hebdomadaires de Mrs Charity Hethrington. Chaque mercredi soir, j’avais plaisir à abandonner le calme confort de mon club pour la gaieté discrète de ces petites réunions. Veuve d’un riche marchand de bétail, Mrs Hethrington avait su faire oublier l’origine modeste de sa fortune en s’entourant de la plus aimable compagnie qui soit. Nous nous retrouvions donc, une fois la semaine, autour d’un bol de punch ou d’une table de jeu, pour deviser à bâtons rompus sur les grands et petits évènements de la société londonienne. Tandis que Céleste, la jolie soubrette française, disposait élégamment biscuits salés et petits fours, nous nous sentions pour un soir à mille lieues de tous soucis.

Continuer à lire

filigrane filigrane

Vendredi treize

Clock

Ma maman m’a raté. Ou, plus précisément, elle a raté ma sortie.

Je m’explique.

Mon grand-père, Jean-Baptiste, est né un vendredi 13 de je ne sais plus quel mois en 1876. Et mon père, Charles, est né le vendredi 13 septembre 1901. Une tradition familiale prenait forme.

Conscient de l’enjeu, mon père, sans se soucier du fait qu’Hitler venait d’envahir l’Autriche et que Léon Blum démissionnait en France, entreprit consciencieusement d’ensemencer ma mère le 5 avril 1938, soit exactement 270 jours avant le prochain vendredi 13 du calendrier grégorien. Dans les bonnes familles, les événements se planifient.

Continuer à lire

filigrane filigrane