Attentat, t’as tout faux, tartuffe !

Toi, terroriste ! Oui toi, je te tutoie, toi qui te tais, toi qui te tues ! Toi, terroriste, attaquant ton État hôte au nom de ton autre Etat.  Toi, taré têtu qui t’entêtes à tuer sans état d’âme, es-tu atteint de cécité, suscitant tant d’atrocités ? T’a-t-on ôté tout intellect et tout affect ? Toi, l’addict de ce que te dicte le Hadith ou plutôt de tout ce qu’on t’a dit être le Hadith, toi fantasque fantassin fanatique d’une Fatwa factice mais fatidique, qu’est-ce qui trotte dans ta tête d’adorateur de totem à l’instant de triturer ton détonateur à Zaventem ?

Continuer à lire

filigrane filigrane

L’anniversaire mondialisé

Chaque jour, c’est l’anniversaire de quelqu’un… Que dis-je ? C’est l’anniversaire de plein de gens. Faites un rapide calcul : plus de 7 milliards d’individus sur terre, seulement 365 jours dans l’année. Chaque jour est l’anniversaire d’environ 20 millions de personnes dans le monde… C’est une moyenne, bien sûr, mais tout de même, ça se fête : 20 millions d’années de plus en un seul jour !

Continuer à lire

filigrane filigrane

Algèbre

Tant bien que mal, cahin-caha, je progressais sur l’ingrate piste des humanités. Une année chassant l’autre, le claquement du cliquet retombant au début de chaque été se faisait entendre : j’avais donc progressé d’un cran et septembre m’apportait la vision de nouveaux professeurs, d’une matière nouvelle à découvrir.

Ce fut alors que survint un cataclysme auquel je n’avais pas été préparé : l’algèbre, tel un spectre hideux, fit son apparition avec un ricanement féroce découvrant ses dents tavelées.

Continuer à lire

filigrane filigrane

Un boulot ! Bourreau !

J’ai un boulot !

Je n’y croyais plus et comptais rester chômeur toute ma vie. « Ton frère se débrouille comme cela », disait Maman, une femme de bon sens, qui se rend compte que mon diplôme en Philosophie Moderne, spécialisation Spinoza, ne sert pas à grand-chose dans ce monde de capitalistes. « C’est que, à côté de son indemnité de chômage, il fait des petits boulots en noir ». Elle n’osait pas ajouter que Spinoza ne sert pas à grand-chose pour réparer les plomberies.

Continuer à lire

filigrane filigrane

L’initiation au voyage

Je voudrais voyager dans un train de banlieue qui irait lentement jusqu’au bout du monde et même un peu au-delà. Un train qui laisserait derrière lui un panache de fumée et avancerait à du 30 à l’heure par vent arrière, un train qui s’arrêterait à chaque gare pour embarquer d’hypothétiques passagers, et même parfois en rase campagne pour ajuster à la main les aiguillages.

Continuer à lire

filigrane filigrane

Profession : grèviste

ClockMicro

Arsène est gréviste aux Tramways bruxellois.

C’est un métier dur.

Il faut toujours être prêt à tout car il y a des grèves sauvages, spontanées, organisées, pacifiques. On ne sait jamais non plus comment cela va tourner.

C’est un métier mal payé car le syndicat qui entretient Arsène souffre de la crise provoquée par les capitalistes. Le gouvernement de droite, qui veut écraser le peuple, a en effet diminué sans concertation préalable les subsides alloués au fond des grévistes.

Continuer à lire

filigrane filigrane