Cette fois, ils seraient deux

C’était son tour. Le temps était venu qu’il reçoive lui aussi sa dose d’amour. Cela faisait des siècles que Saint Valentin accompagnait les amoureux dans la célébration de leur passion et il en avait marre de partager ces moments avec tous mais avec personne en particulier. Il ne lui restait que trois semaines avant sa fête, et il s’était promis de ne pas la passer seul.

Il s’était donc inscrit sur le célèbre site de rencontres meetAsaint.com, dont l’accès était spécialement réservé aux saints. Quelques réponses étaient arrivées. Certaines très fantaisistes, d’autres plus intéressantes. Il avait décidé d’en contacter trois. Sainte Marthe, car il aimait les bons petits plats et qu’elle était la patronne des cuisiniers; Sainte Cécile, patronne des musiciens; et Sainte Rita, patronne de quoi déjà ? Les organisateurs du site, trois saints associés dont Saint Nicolas, patron des célibataires, se chargeaient d’organiser la première rencontre.

Le grand jour du premier rendez-vous était venu. Saint Valentin s’était mis sur son trente-et-un. La rencontre était prévue dans un lieu inconnu des deux protagonistes pour assurer le plus de neutralité possible. Un lieu loin de tout, près de rien. Lui serait amené sur place par Saint Nicolas, les yeux bandés, car il avait choisi l’option (a) du site : Amour aveugle. Arrivé sur le lieu du tête-à-tête, Saint Valentin, voulant faire durer le plaisir, n’ôta pas son bandeau de suite. Il voulait d’abord sentir. Il se dit que si la rencontre dépassait ce stade, tout irait bien par la suite. Il prit la main que lui tendait la sainte et y posa respectueusement un baiser. Les effluves qu’il huma étaient douces et sucrées, envoûtantes sans être entêtantes. Elles arrivèrent directement à son cœur et c’est plein d’espoir qu’il se découvrit les yeux et les posa sur Sainte Marthe. Elle était agréable à regarder mais lorsqu’elle ouvrit la bouche pour le saluer, le son métallique et saccadé qui lui servait de voix lui donna froid dans le dos. Peut-être était-elle jolie et bonne cuisinière, mais avec une telle voix, il ne pourrait jamais apprécier ses bons petits plats.

Pour oublier cet épisode, Saint Valentin prit rapidement rendez-vous avec la seconde sainte. La rencontre devait se faire dans une salle de concerts, correspondant à l’option (b) du site : Au diapason. Ils se retrouvèrent assis l’un à côté de l’autre au balcon d’une magnifique salle, à écouter et applaudir un concert de musique angélique. Les anges sur scène jouaient de la harpe et de la flûte d’une manière divine. A la fin du concert ils allèrent boire un verre dans le café d’en face pour faire connaissance. Saint Valentin était séduit par la voix de Sainte Cécile, mais il s’aperçut vite que la douceur de cette voix ne pourrait jamais couvrir son manque de conversation. La musique était belle, mais encore eût-il fallu qu’elle ait un sens ; or là, le diapason n’était pas au rendez-vous.

En désespoir de cause il se rendit à son troisième rendez-vous. Celui-ci avait été choisi sans option et devait se dérouler sans chichis sur un banc face au lac. Sainte Rita était là, toute simple et accueillante. Habituée aux causes désespérées, elle était l’espoir fait femme. Elle sentait bon, avait une voix mélodieuse, un sourire enchanteur, des yeux intelligents et, pour ne rien gâcher, un corps de rêve. Au petit picotement qu’il sentit dans la poitrine, Saint Valentin devina que Cupidon était de la partie. Il  invita donc Sainte Rita à venir fêter le 14 février avec lui. A son regard enflammé, il comprit qu’elle acceptait et qu’il ne serait pas seul pour célébrer sa fête. Cette fois, ils seraient deux, en amoureux. Et c’est tout ce qui comptait.

Dany Grosjean

© Ce texte, comme l’entièreté de site, est protégé par le droit d’auteurs.
Tous droits réservés par la loi
filigrane filigrane