Cryptozoologie

La vieille chanoinesse Delphinia regardait avec envie le poisson frétillant qu’elle s’apprêtait à manger. Mais il pouvait attendre un peu, songea-t-elle. Elle était confortablement installée à son écritoire.

Son siège au dossier fendu par le milieu avait pris depuis longtemps la marque de son corps fatigué. D’innombrables parchemins étaient empilés dans une étagère derrière elle. Elle écrivait depuis des heures.

Une fois encore, elle rédigeait des missives pour ses supérieurs et le seigneur du comté. Longtemps, elle les avait priés de lui donner plus d’argent afin de poursuivre ses recherches.

Elle avait beau avoir écumé tous les sanctuaires de la région, fouillé toutes les bibliothèques et parcouru en tous sens les sites antiques, les preuves qu’elle avait assemblées n’avaient jamais suffi à accréditer sa thèse. On l’avait même menacée du bûcher.

Mais à présent, tout allait être différent.

L’objet qui était suspendu dans un coin de la pièce rétablirait sa réputation et ferait taire les obscurantistes. Les fonds ne tarderaient pas à pleuvoir sur elle. Elle pourrait engager des assistants. Il y avait encore tant à faire !

Elle l’avait trouvé profondément enfoui sous terre. Ce n’était pas la première fois qu’elle déterrait des ossements mais jamais un corps complet. Car il s’agissait bien d’un corps ! Les autres ne pourraient plus le nier.

Ce squelette qu’elle avait patiemment reconstitué criait l’évidence. Ce qu’elle avait poursuivi toute sa vie, la preuve de l’existence d’une espèce animale aussi intelligente que la leur, était là, sous ses yeux !

Elle scella les lettres. Elle pouvait enfin se consacrer à son repas. Elle jeta un dernier regard au squelette de l’être humain et tenta vainement d’imaginer ce qu’avait pu être cette étrange civilisation bipède – qui sait ? – peut-être à l’origine des sites antiques.

D’un mouvement rapide de sa nageoire pectorale, elle enfourna le poisson vivant dans son rostre et émit un long cliquetis de plaisir.

Stéphane Carlier

© Ce texte, comme l’entièreté de site, est protégé par le droit d’auteurs.
Tous droits réservés par la loi
filigrane filigrane