Douze fois douze

FB

Dialogue aigre-doux

Je n’ai pas entendu ton message, dit-elle.

Mais l’as-tu attendu ?, répond-il, anxieux.

Pourquoi l’aurais-je fait ? Je n’attends de nouvelles

Que de ceux qui vraiment importent à mes yeux.

Que dis-tu? Je n’aurais pour toi donc pas de prix?

Mais si, tu as du prix, ne te fais pas de bile.

Je t’aime, et puis d’ailleurs je n’ai pas de mépris

Pour tous ces sentiments même s’ils sont débiles.

C’est horrible, tu sais, de garder tes distances

Là où moi j’aimerais te chérir tout mon soûl…

Mais avec quoi tu viens ?, tu me disais des stances

Et maintenant tu es dans le dernier dessous.

 

Jacques De Decker

© Ce texte, comme l’entièreté de site, est protégé par le droit d’auteurs.
Tous droits réservés par la loi
filigrane filigrane