Drôle de cocktail

Plissant les yeux, il toussa bruyamment et se leva en repoussant son siège avec dépit. Personne sur cette terrasse ensoleillée ne prêtait attention à eux.

Personne ne remarqua  qu’il s’en allait en se choisissant une démarche qui se voulait tranquille et naturelle.

Elle fut donc  la seule à savoir  qu’il faisait semblant d’être serein,  c o o l , comme on dit aujourd’hui.

 

Cool… comme  ce cocktail posé sur leur table quelques minutes auparavant : une composition étrange aux teintes multicolores, mais très nettement distinctes.

Le verre avait une forme si originale  qu’il permettait aux couches successives de cette drôle de mixture de se juxtaposer, sans se mélanger.

  • A cause d’une différence de densité, avait expliqué le garçon.

Elle n’avait rien dit en le voyant déposer les deux verres bizarres, bigarrés, aux coloris distinctement étagés.

Une superposition.

Comme eux deux. Comme elle et lui, visiblement différents. Mais si proches  souvent. Comme en ce moment. L’un près de l’autre. Sans être l’autre. A cause de leurs différences.  De densité ?

Superposition,  pensa-t-il.

  • Pourquoi fais-tu ta tête de petit polisson ? susurra-t-elle en esquissant une œillade complice.
  • Parce que ma tête est si proche de la tienne que de te sentir tout près,  j’ai chaud, je bous, je bouillonne,  je densifie, j’ai envie, j’ai envie… qu’on se mélange !

Il en était bleu. Elle parvint à ne pas rougir.

Lui, un homme haut en couleurs … en société. Elle, un arc-en-ciel de sentiments mélangés, en privé comme en public.

Pouvait-on vraiment dire qu’ils avaient des traits communs ?

  • Cool …, dit-elle. Bois un peu de ce cocktail rafraîchissant, et gardons nos distances… En public, il vaut mieux, tu ne trouves pas ?
  • Entrechoquons ces verres pour que ces couleurs se mélangent !

Le choc fut terrible. Mais sans effet : chaque liquide garda ses distances… de flottaison, son goût, sa saveur et sa couleur.

Ils demeuraient intrigués à la vue de ces séparations.

« In vino veritas », se dit-il soudain.  Il allait en avoir le cœur net.

Il vida le cocktail d’un seul trait !

Il s’étrangla. Il avait avalé de travers. Envers et contre tout, il essaya de garder un comportement potable.

  • Cool ! se dit-il.  Là, on peut vraiment dire que je déguste !

Mais que pouvait bien signifier au juste ce mot anglais « cocktail » ?

En tout cas, en cet instant,  la déferlante colorée  devenait une alternance de flux et de reflux, qui lui donnait des vagues à l’âme …

Un goût fort, déchirant, pénétrant, s’encastra dans son estomac, après lui avoir brûlé tout l’œsophage au passage.

Les goûts et les couleurs, cela ne se discute pas, dit-on communément.

C’était le cas de le dire.

Il n’avait nulle envie de discuter.

  • Cool, cool … se répétait-il.

Et là, pour sûr, il trinquait.

Tout seul.

Elle le regarda, apparemment paisible, tâchant même de n’avoir l’air de rien. Intérieurement  elle fulminait … mais elle allait quand même tenter de le tirer de ce mauvais pas.

Comme il commençait à produire des borborygmes inquiétants, elle chercha à provoquer un réflexe de déglutition en le forçant à parler et lui lança :

  • Tu disais ?
  • Je disais…
  • Oui ?
  • Plus tard !
  • Où ?
  • Comme hier.

C ‘est alors qu’il était parti. En essayant de rester digne…

 

Depuis, elle n’avait cessé de fixer  le drôle de breuvage. En se gardant bien d’y goûter.

Un verre épais. Des couleurs  tranchées. Des saveurs marquées et remarquables ?  Allez, saveurs … allez savoir.

C’était tout eux.  Chacun c’est soi.

Elle se leva.

Elle avait un drôle de goût aux lèvres, celui d’un autre cocktail qui la faisait rêver.

Il faisait beau. Sa robe légère, aux couleurs vives, lui dessinait des traits bien marqués.

A tous les étages.

 

Chacun était chez soi.

C’est drôle comme en vivant ainsi, ils pouvaient se sentir proches.

En restant  chez soi.

 

Il devait être chez lui.

Elle devait le voir.

Elle sonna.

Sa voix lui parvint dans  l’interphone :

  • Oui ?
  • Tu disais ?
  • Cool, c’est toi !

     Monte !

Si tu veux, je  te prépare un cocktail… maison !

Phil Detry

 

© Ce texte, comme l’entièreté de site, est protégé par le droit d’auteurs.
Tous droits réservés par la loi
filigrane filigrane