Le pique-nique

                                                                                                              C’est le printemps viens-t’en Pâquette

                                                                                                               Te promener au bois joli

                                                                                                                                  Guillaume APOLLINAIRE

« Oh comme le pré est joli !

Viens-t’en, viens-t’en, ô ma Biquette,

Gambader sur l’herbe fleurie :

Allons-y faire la cueillette ! »

 

« Oui, mais… la cueillette de quoi ? »

Demanda Biquette rêveuse…

« La cueillette des petits pois,

Chiche ? Et autres légumineuses… »

 

« Ah ! Des petits pois, j’en vois deux,

Encadrant votre haricot.

– Si tu veux le goûter, prends-le,

Mais l’avale pas de sitôt ! »

 

« Oh le délicieux potage !

Dit Biquette en s’extasiant ;

Ne manque plus que le fromage !

– Eh bien… le voici justement ! »

 

Et Biquette fit bonne chère.

Plaisir est double, partagé :

Aussi profita son compère,

Jubilant bien plus qu’à moitié.

 

Passant au plat de résistance,

Il lui mordit d’abord les cuisses,

Après quoi fit douce bombance

Là même où fleurissait un lys…

 

« Or sus, passons au dessert ! »

Cria-t-elle, bouche encor pleine.

Lui, sous ses babines de fer,

Rugissait à en perdre haleine.

 

Et ce fut ainsi que l’on vit

(Sans nul jeu de mots décadent),

Au pré, sur l’herbette fleurie,

Un spectacle des plus charmants :

 

Lorsque le hardi haricot

Rencontra le pistil du lys,

Lui, haletant, s’écria : « Ho ! »

Elle, émerveillée, cria : « Bis ! »

 

Et par trois fois ils dégustèrent

(Ce ne fut ni pitance fade

Ni cuisine moléculaire)

Leurs végétales en salade.

 

Mais quelle disgrâce imprévue

Quand ces agapes plantureuses,

D’un chien hargneux et mal tondu,

Tentèrent la truffe curieuse !

 

Ne goûtant la gastronomie,

Lui qui préférait la pâtée,

L’animal, ô rustre accompli,

Gâcha toute l’après-dînée.

 

Il se rua sur les convives

Qui, ne l’ayant ouï venir,

D’une course des plus hâtives

Interrompirent leur plaisir.

 

Point n’est facile de courir,

Le pantalon sur les mollets,

Les fesses aux venteux soupirs :

Les voilà pris comme au filet.

 

Faisant fi de la botanique,

Il croqua, corniaud querelleur,

Le haricot long, élastique,

Avec les petits pois vapeur,

 

Puis d’un unique coup de dents,

Il arracha sans plus d’égard

La divine fleur, en mordant

Tendres cuisses de part en part.

 

Nul n’est besoin de préciser

Que cela fut très douloureux :

Aussi les amants dégrisés

Poussèrent-ils des cris affreux.

 

Le chien, s’excitant davantage,

Passa lors au second service,

Certes le plus cruel carnage

Qu’on vit sous les canins auspices :

 

Furieux, il mit en hachis

Biquette et son aimable Éros,

Les dévora crus sans répit

Et rongea jusqu’au dernier os.

 

MORALITÉ :

On n’est vraiment plus tranquille nulle part !

 Jean-François Saudoyez

© Ce texte, comme l’entièreté de site, est protégé par le droit d’auteurs.
Tous droits réservés par la loi
filigrane filigrane