Ma rencontre avec le Pape

Clock

Dernièrement, lors d’un voyage d’affaires à Rome où je n’avais rien à faire, j’ai visité le Vatican à l’occasion d’une journée Portes Ouvertes.

Le hasard m’a fait arriver à l’heure du déjeuner à la table du pape François. Très gentiment, il m’invite à m’asseoir.

J’étais assez intimidé et je lance tout à trac un calembour aimable pour détendre l’atmosphère : « Même, dis-je, si on “Satan” à ces pompes et à ces œuvres, c’est un décor surprenant ! ».

Alors là, il me montre qu’il est chef, spirituel en diable, car il me répond du tac au tac : « C’est vrai, l’enfer ne vaut pas l’endroit… ».

À vrai dire, je me sentais un peu comme dans le négatif d’un combat de nègres dans un tunnel : serviettes blanches, service blanc (le service était vraiment divin), soutane blanche dernier Christ, nappe blanche, à tel point qu’il tâtonnait pour retrouver son cachet d’aspirine.

Continuer à lire

filigrane filigrane

Trois mariages et un entêtement

Clock

Hippolyte WOUTERS et Jehanne SOSSON

La pièce présente trois demandes en mariages à trois périodes bien différentes : 1780, 1980, 2080. Celle dont on se souvient, celle qu’on vit, celle qu’on imagine.
Les personnages des trois actes sont les mêmes: le père, la fille et le prétendant. Mais le style diffère : à l’alexandrin de jadis succède la prose d’aujourd’hui et à cette dernière le jargon de demain que, pour la facilité du spectateur, nous avons retraduit en prose d’aujourd’hui…

Pour Courteslignes, voici l’Acte III…

Plus d’informations sur la pièce : cfr http://www.wouters-theatre.com/Pieces/P-Mariages.html

Continuer à lire

filigrane filigrane

Conversation enregistrée à l’Élysée

FB

Conversation enregistrée par le majordome à l’Élysée  en juillet 2012

 

François le Bon, Président Monarque

Ségolène, Madame Royale, duchesse de Poitou-Charentes

Valérie de Twitweiler, Madame de Maintenant

                           François

Je vous ai fait venir toutes deux jusqu’à moi,

Pour mieux vous faire part de mon réel émoi.

Je me dois désormais de gouverner la France,

Et je veux me vouer à cette gouvernance

Sans me voir infliger chaque jour le souci

De devoir arbitrer vos permanents conflits !

Continuer à lire

filigrane filigrane

Lettre retrouvée à Matignon

FB

Lettre retrouvée par une technicienne de surface dans une corbeille à Matignon en 2013 sous le règne de Monsieur Ayrault

Monsieur,

 

Vous êtes prof et bourge et je suis un titi,

Vous êtes un Nantais et je suis un nanti !

N’êtes-vous pas heureux en tant qu’homme de gauche

Qu’un titi puisse avoir quelque argent dans sa poche ?

De plus je l’ai gagné en toute honnêteté,

Sans voler, sans frauder ni même spéculer.

Continuer à lire

filigrane filigrane

Vive la grève !

FB

Il était un temps où le mot « grève » faisait rêver au clapotis ouaté d’un long fleuve tranquille ou aux toniques embruns d’une mer déchaînée.

Aujourd’hui il nous ramène du rêve au cauchemar.

On ne la parcourt plus, on la fait. Enfin, d’autres la font.

Ils croisent les bras pour mieux tendre la main, ou, en d’autres mots, travaillent moins pour avoir le droit de gagner plus.

Exceptionnellement, il arrive aux grévistes d’en faire davantage : ce sont les grèves du zèle ou grèves dites « perlées » : ainsi l’usager voit-il plus clairement que, pour en avoir plus, il importe parfois d’en faire moins…

Continuer à lire

filigrane filigrane

Le tour de demain ?

FB

Il régnait devant le siège de l’UCI une animation inaccoutumée. Photographes, caméramans, journalistes, sportifs de route, de piste et en chambre, balisés par des policiers débonnaires, discutaient, gesticulaient et attendaient avec une impatience non dissimulée l’annonce qu’allait faire le porte-parole de l’Union Cycliste Internationale.

Cette annonce devait être capitale pour l’avenir du cyclisme, et sans doute, par ricochet, pour l’avenir du sport tout entier.

Les choses n’étaient pas simples, d’où de longs débats, et de temps à autre on semblait percevoir des éclats de voix derrière les fenêtres du premier étage.

Enfin, un homme apparut : c’était le président de l’UCI en personne. Avec gravité et retenue, il lut sa déclaration :

« Désormais, dit-il en substance, au sein du cyclisme professionnel le dopage devient obligatoire, et seuls les grands groupes pharmaceutiques fabriquant des produits dopants sont autorisés à sponsoriser les équipes. » Et de conclure, en paraphrasant un certain Armstrong : « Il s’agit d’un petit pas pour l’homme, mais d’un grand pas pour l’humanité cycliste ! ».

Continuer à lire

filigrane filigrane

J’ai voté pour des sans grades

FB

J’ai voté pour des sans grades aux élections communales

Les lampions électoraux sont éteints. Les affiches de Mesdames et Messieurs les candidats vont s’étioler comme narcisse en automne, auréolant désormais de la grâce surannée de l’inutile la suavité de leur sourire et la percutance de leur regard.

Je me suis hasardé à me demander ce qui avait bien pu les pousser à payer à si grands frais le droit de nous en faire. La seule volonté de nous servir ? Ce serait un peu naïf. Le souci exclusif de servir en se servant de nous ? Ce serait un peu sévère.

Il n’est pas toujours aisé de sonder les reins et les cœurs, mais je ne crois pas me tromper lourdement en disant qu’ils cherchent pour la plupart à joindre – voire même à fondre en un tout indissociable – l’épanouissement de leur individu et le bien-être collectif. But parfaitement honorable, qu’ils ne réalisent parfois que partiellement, mais qui fait, je crois, que l’homme politique est plus que tout autre doué d’un altruisme égocentrique.

Continuer à lire

filigrane filigrane

Petit dialogue entre Bart De Wever et Elio Di Rupo

FB

Dialogue imaginé en 2010 lors des négociations gouvernementales, et qui garde, sans doute, son actualité.

                                      De Wever

Vous êtes enfin là, Monseigneur Di Rupo.

Nous avons trop longtemps tourné autour du pot,

Et je voulais vous dire avec cette franchise

Qui j’espère entre nous sera toujours de mise :

« Ik ben het beu », pardon, que j’en ai plus qu’assez

De ce que le public appelle pourparlers.

Peut-être pour parler, surtout pour ne rien dire !

C’est pour cela bien sûr que l’on s’est fait élire.

Continuer à lire

filigrane filigrane