Treize en beauté

Clock

Très en beauté, Madame C. fait une apparition remarquée. Les pendeloques en cristal des lustres de Venise ont de la peine à jeter leurs feux sur l’assemblée réunie autour de la table à jeu, tant l’éclat des yeux de Madame C. leur vole la vedette. De sa main gantée de satin noir, dont l’index est orné d’un kô-i-nor d’opéra, la dame dépose une pile de jetons sur un 13 rouge. La cambrure de ses reins, sur laquelle une coupe de champagne se sentirait sans doute très à l’aise, n’a rien à envier au galbe de ses seins, qu’elle offre généreusement à une rangée de messieurs assis de l’autre côté de la table. Pendants qu’elle accomplit son geste, des billets de banque glissent en souplesse dans le décolleté en v qui plonge vers ses reins. Voilà une belle somme lovée juste à côté de la ravissante fossette que la robe noir cache à peine. La belle ne moufte pas. Mi-closes, ses paupières papillonnent et ses longs cils postiches laissent planer l’ombre d’un doute. Ce soir, chance ou malchance ?

Les jeux sont faits ! Tourne la roue de la fortune. Le rouge et le noir s’épousent le temps d’une valse, tandis que la bille tressaute d’un chiffre à l’autre comme les cœurs dans les poitrines des joueurs. Elle finit par s’immobiliser sur le 13. Rouge. Le croupier pousse vers la dame une pile de jetons qui représentent une petite fortune.

Madame C. se retourne alors vers l’homme dont elle sent le regard concupiscent lui brûler l’échine.

-Désolée, monsieur, mais à partir de ce soir, mes charmes ne sont plus à vendre, dit-elle d’un air candide. Je suis riche à présent !

Sur ces mots, elle pivote sur ses talons aiguilles et, d’un pas serpentin, elle s’éloigne vers la caisse sous le regard médusé de l’homme qui vient de se payer une nuit de rêve et qui voit ses billets disparaître sans compensation !

Son voisin, qui a remarqué le manège, lui glisse à l’oreille :

-Un vendredi 13, mon ami, c’était quitte ou double ! Le hasard a tranché : double pour elle et quitte pour vous.

 

Catherine d’Oultremont

© Ce texte, comme l’entièreté de site, est protégé par le droit d’auteurs.
Tous droits réservés par la loi
filigrane filigrane